Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une naissance, un deuil...

Publié le par Lullabaloo

Je me doutais que ça finirait bien par m'arriver un jour, si ce n'est pas aussi vite ! J'ai eu un enchaînement de gardes épuisantes physiquement et moralement... déjà pour notre mater faire 12 naissances en 2 jours c'est beaucoup ! mais quand au milieu survient un drame c'est "cassant" et déprimant...

Elle était enceinte de jumeaux, une grossesse très précieuse (FIV...) une écho 6 jours plus tôt, le 2ème jumeaux un peu plus petit et qui se cache le dos contre celui de sa maman, bref rien de très inquiétant. 5 jours plus tard elle vient à la maternité le soir pour sa césarienne programmée le lendemain matin, c'est moi qui doit l'accompagner en césarienne pour ce grand jour et accueillir les bébés.

Le monito de la veille montre 2 rythmes, le 2ème jumeaux n'est pas facile à capter mais on se fie à l'écho précédente où celui-ci était bien caché, on capte un peu mais pas non-stop. Le lendemain matin c'est donc moi, je refais un rythme avant de partir en césarienne, idem que la veille j'ai quand même l'impression de capter le même bébé, bref je me dis qu'il doit vraiment bien être caché mais je ne m'attend pas à ça...

"ça", c'est ce qui nous est "tombé" dessus, un coup de massue, dans le bloc. Je m'apprête à récupérer le premier jumeau, le gynéco me précise que c'est un liquide clair etc... très bien je lui fais ses soins et dans mon dos j'entend "tiens le liquide est teinté maintenant" et là un gros silence, glacial, je me retourne, je croise le regard effaré de ma collègue et là je me dit qu'il y a un problème, un très gros problème.

Le 2ème jumeau est en fait décédé, mort-né. La patiente est immédiatement au courant, forcément... Je vais donc rapidement la voir et lui amener le bébé bien portant près d'elle, je me sens bête à ne pas savoir quoi dire à part que celui-ci va bien et que je suis désolée de ce qui arrive...

Bref un cauchemard. Le 2ème jumeaux semble décédé depuis plus de 2 jours, bref il y a eu un couac.

Il a ensuite fallu l'annoncer au papa qui attendait en haut... Je suis ensuite immédiatement descendue en salle de réveil la retrouver et lui expliquer ce qu'il se passait, ce qui allait se passer ensuite...

Tout cela dans la cohue d'une maternité pleine, du boulot par dessus la tête.

A présent ce couple se raccroche beaucoup à leur bébé bien portant, l'équipe et moi même avons fait notre maximum pour les accompagner et les entourer tout en étant hantés par ce drame....

Commenter cet article

Tinote 18/10/2010 18:06



tu sais même si vous devez vous protéger en tant que professionnel, au risque de déprimer à chaque fois que ça arrive, c'est "réconfortant", quand on est en face, de
voir que la personne qui est présente ne garde pas une froide distance et fait le robot... je crois que je n'oublierai jamais les regards de la jeune sage femme qui nous a suivit durant tout
l'accouchement de mon fils, ses larmes mal dissimulées... et son regard de grande joie partagée lorsqu'elle a vu naître ma fille 14 mois après aussi, le hasard ayant voulu qu'elle travaille dans
l'autre salle de naissance de "ma" petite maternité la nuit où ma fille, mon 2e enfant, est née... c'est la vie, on peut partager les joies, les peines... J'avais été très heureuse de ne pas en
rester sur un drame avec cette sage femme, et que même si c'était prévu qu'elle n'accompagne pas cette 2e naissance, qu'elle ait été une des premières personnes à rencontrer ma fille, vivante
elle, a été très bon pour moi. La boucle était bouclée. J'accouche dans la même maternité pour mon 3e bébé, ça sera aussi particulier car là c'est un garçon, et je suis contente pour ça
d'accoucher dans une petite structure, je trouve ça chouette et rassurant de s'appréter à revoir les mêmes personnes.


On fait ce qu'on peut... être distant pour se protéger c'est bien, tenir la main d'une maman en deuil qui a juste besoin d'une épaule pour pleurer sa douleur, c'est
bien aussi. Il n'y a pas grand chose à dire dans ces moments là, autant se taire et être juste là, ne pas fuir et faire que la personne se sente comme un pestiféré, ça c'est le pire. je conçois
cependant qu'on puisse mettre mal à l'aise avec notre douleur, c'est clair, notre société fait tout pour dissimuler les douleurs, par l'ignorance ou les médocs.



Lullabaloo 18/10/2010 19:42



tout à fait, et je préfère déprimer et rester proche des parents qui ont besoin de nous plutôt que de soi-disant "me protéger" et rester distante. Et puis on a tout de même une sorte de deuil à
faire et la déprime constitue une issue pour faire ce deuil...


J'imagine que ça devait être merveilleux pour elle de vous revoir avec une issue plus joyeuse et tournée vers la vie cette fois !



Lise1282 18/10/2010 15:50



Je suis vraiment désolé de lire cette triste nouvelle. Ce sont vraiment des moments difficiles à vivre tant sur le plan perso que sur le plan pro. Je repense a ce médecin qui m'avait dit : on
fini par se blinder ! C'est faux, on ne s'y fait jamais, on apprend juste a s'y préparer et a vivre avec...je suis sure que tu as fait ce qu'il fallait pour ces parents endeuillés...encore une
fois : le temps fera son oeuvre...bon courage à toi


Biz


 


Lise



Lullabaloo 18/10/2010 16:42



C'est vrai on ne s'y fait jamais, à la rigueur on apprend à gérer ses émotions (et encore...!), à l'encaisser, à mieux accompagner... mais personnellement ça reste au fond de soi. Et puis comment
accompagner si on se "blinde", ça serait fermer les yeux et ne pas s'en préoccuper ! Merci Lise pour ce message réconfortant



Tinote 18/10/2010 15:17



Il n'y a pas grand chose à dire... surtout pas les phrases toutes faites de "vous en avez un en bonne santé", etc... quand on perd son bébé, le monde s'écroule et le retour à la vie est
difficile... mon premier enfant est mort pendant l'accouchement, à terme, de manière très brutale, j'attends maintenant mon 3e enfant mais mes peurs sont encore là, celles de revivre à nouveau le
pire, de tenir à nouveau mon bébé froid contre ma peau... donc oui on s'en sort, mais la douleur de perdre son enfant est pire que tout... je trouve important que le personnel médical sache quoi
dire ou ne pas dire dans ces conditions, se forme dans ce sens pour surtout, surtout ne pas brutaliser sans le savoir ces parents qui ont juste besoin d'être cocoonés et écoutés dans leur
douleur...



Lullabaloo 18/10/2010 15:52



Je suis désolée pour ce premier bébé... comment ne pas être angoissée pour le suivant, c'est une expérience tellement traumatisante...


En effet nous nous devons d'être formés et aptes à vous accompagner dans ces moments de souffrance aussi bien lorsque c'est actuel que lorsque c'est déjà arrivé et que cette grossesse ci doit
être pleine d'attention (et même "l'après" au retour à domicile etc) pour que jamais vous ne vous sentiez abandonnés dans ces situations difficiles.


Ma jeune expérience à ce niveau fait que j'ai été plus bouleversée que "apte" à tout gérer, fort heureusement nous sommes une équipe pour ça et ainsi nous nous complétons et relayons. J'ai essayé
d'entourer comme je le pouvais ce couple, nous nous sommes organisés en équipe autour d'eux sans être trop "encombrants" ou trop "délaissants" j'espère de tout coeur que vous même et ce couple
surmonteront cette étape injuste de la vie...



aurelie 18/10/2010 13:36



pas facile tout ça... bon courage pour t'en remettre...



Lullabaloo 18/10/2010 16:47



Merci, je pense surtout à ces pauvres parents qui attendaient avec impatience leurs deux bébés... Mais c'est sur que je n'en ressort pas indemne !
dur dur...