Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'amniocentèse

Publié le par Lullabaloo

Demain je vais être amenée à aller assister le gynéco pour 3 amniocentèses (la personne s'en occupant habituellement n'étant pas là), petit topo rapide donc, pour être un minimum au point.


Qu'est ce qu'une amniocentèse ?
C'est un prélèvement de liquide amniotique par ponction sous contrôle échographique afin que le gynéco puisse guider son aiguille (autrement dit écho-guidée) dans le but de ne pas toucher le foetus.

Son but ?
Analyser le caryotype des cellules foetales qui se situent dans le liquide amniotique lorsqu'il y a un risque  d'anomalies chromosomiques (trisomie 21,13, 18, syndrome de Turner) chez le foetus de même qu'une étude biochimique et enzymatique afin de détecter quelques maladies génétiques (mucoviscidose) et infectieuses (Toxo, CMV, rubéole) ainsi que des anomalies morphologiques (non fermeture de la paroi abdo, anomalies du tube neural...)
Ce genre de recherche ne s'effectue encore que de manière dite "invasive" (=qui pénètre dans le corps) pour être la plus fiable possible, biensur les recherches s'activent pour tenter de trouver une méthode "non invasive" pour ce type d'analyses (ex : isoler des cellules foetales dans le sang maternel)

Quelles sont les principales (= prises en charge par la CAM) indications d'une amniocentèse ?
- âge de la mère > ou = à 38 ans
- antécédents d'anomalies chromosomiques chez l'un des 2 parents ou chez un enfant déjà né
- le résultat du triple test/marqueurs sériques, lorsque celui ci définit le taux de risque > ou = à 1/250
- une anomalie détectée à l'échographie (notamment lors de la mesure de la clarté nucale)

Quand ?
Elle peut être effectuée à partir de 12-13 SA. Le plus souvent entre 15 et 18 SA (après le dosage de marqueurs sériques et avant la perception des premiers mouvements actifs foetaux (MAF) par la mère)

Quels risques ?
- Fausse couche, le risque est le plus important dans les 10 jours qui suivent l'amniocentèse, il faut consulter en urgence dès qu'il y a les signes suivants : saignements/perte de liquide, fièvre, douleurs abdominales.
- Fissure ou rutpure prématurée des membranes
- Allo-immunisation chez les femmes rhésus négatif (prévoir l'injction d'anti-D)
- Chorioamniotite
- Lésion du placenta, cordon ou foetus

Comment se déroule l'amniocentèse ?
Là où je suis on accueille la patiente, on prépare les papiers nécessaires pour l'envoie des prélèvements et le dossier médical (carte de groupe - importance de connaître le Rhésus pour l'injection d'anti-D - , attestation de sécurité sociale - pour être remboursé - , papier avec les résultats de l'HT21 ou autre pour justifier l'amniocentèse...).

La patiente signe le consentement puis on s'installe dans une salle prévue à cet effet.

Il faut s'allonger sur une table d'examen, à plat, une fois le matériel préparé par le gynéco et la sage-femme nous installons les champs stériles de façon à ce que seul le ventre soit découvert (celui ci est badigeonné de Bétadine pour la désinfection). Le gynécologue repère l'endroit où il piquera via la sonde d'échographie, il dessine un repère puis place l'aiguille et de là il ponctionne du liquide amniotique (plus ou moins 10-20 mL) et c'est fini, l'aiguille est enlevée, la dame peut recouvrir son ventre et rester allongée en salle 1h. Pendant cette heure-ci, selon les endroits, le Rophylac est injecté, et un traitement préventif est donné : contre l'infection (antibiotique à prendre per os) et contre les fausses couches (progestérone). La patiente se repose le jour même et peut ensuite reprendre ses activités habituelles les jours suivants (dans les limites du raisonnable biensur !)

Commenter cet article