Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Urgence et série de primi

Publié le par Lullabaloo

Voici en gros un titre comme résumé ultra-succinct de ma garde.

J'arrive donc tranquilement, ma collègue me laisse une accouchée et une primipare (appelée de façon plus courte "primi" par le corps médical, = 1er bébé) en travail sous péridurale, le service est calme et à moitié plein : comme d'hab on se dit que dans ce cas c'est qu'il va se re-remplir très vite, hum à peine cette idée me passait par la tête que ça allait vite être du "aussitôt dit, aussitôt fait..." !

Bref 3h après ma patiente accouche, tout se passe super bien, je l'ai bougée dans tous les sens (comprenez "j'ai utilisé la mobilité posturale au maximum"), comme d'hab j'aime bien et c'est efficace !  L'autre accouchée a pu être ramenée dans sa chambre j'ai donc mes salles vides.

Puis commence la série, une 2ème pare arrive, elle a un antécédent de césarienne pour non progression de la dilatation après RPM (rupture prématurée des membranes) à terme. Bref pas de déclenchement pour cette dame qui est à son terme, ma collègue précédente l'avait vu, elle l'avait décollée (décoller c'est passer son doigt entre le col et la poche des eaux pour la décoller un peu et cela "déclencherait" un peu plus vite le travail, ça créé des contractions du moins...). Elle revient donc car elle a contracté toute la journée, qu'elle a pris un bain et du spasfon et qu'après ça, ben c'était pire ! Nous voilà donc devant un début de travail, le col s'est bof modifié donc pour la soulager je lui donne une chambre et lui fait une injection de spasfon/atarax... qui en fait ne la soulagera pas... Elle reste cependant tout le temps allongée et sur le dos, je tente donc de lui expliquer que le travail n'avancera pas des masses si elle ne se mobilise pas un minimum (et être allongée ça ne diminue pas la douleur des contractions, ça a même plutôt tendance à l'accentuer... à priori. Après c'est aussi souvent du cas par cas). Bref elle a le ballon, je lui suggère aussi de descendre accompagner son mari qui va prendre un café, ça lui changera un peu les idées. Sur ce une autre patiente arrive, une autre primi, qui me dit contracter mais avec un si beau sourire que j'y crois moyen... ( ahhh ces méchantes sages-femmes... ben je vais regretter cette pensée !)

Je l'installe dans une salle, on commence le monito, je prend tous ses bilans sanguins, examens et fait les vérif classiques (tension, bandelette, température etc...) et le TV, qui est le même qu'il y a 3 jours, mais qui est très favorable car on est à 2 doigts, col court, souple et un bébé qui applique bien. Je laisse tourner le monito et referai un TV voir si ça a bougé, auquel cas j'aurai confirmation d'un travail qui avance.

Une autre primi arrive, elle pense avoir rompu et les contractions se réveillent bien. Idem, installation, monito, vérif de bilans et constantes. Elle a bien rompu, liquide clair avec un col postérieur, effacé à 1 doigts et une tête qui applique bien, je laisse un peu tourner le monito, préparation du dossier.

A ce moment là encore une autre primi arrive, elle a très très mal, a du mal à marcher et me dit que dans la nuit une violente douleur à gauche l'a réveillée et qu'ensuite des contractions sont arrivées, alors moi dans ma tête de sage-femme le tilt se fait et j'ai l'HRP (hématome rétro placentaire) qui clignote très fort, je touche immédiatement son ventre tout en l'accompagnant en salle pour voir s'il y a une hypertonie, ça contracte méchant en tout cas. Gloups.

Soulagement lors de la pose immédiate du monito, le rythme du bébé est bon (ouf, déjà l'urgence immédiate/ à la seconde/ sans dossier/ avec départ en césar est un peu plus écartée), je l'examine prudemment, col postérieur, mi-long, fermé et un bébé haut, le rythme est parfait, ce qui me permet de ne pas me faire de la tachycardie excessive ! Ses constantes sont bonnes (TA : 12/7, FC : 85, T°C : 36,8) et sa BU nous indique des traces d'albumine.

Et croyez le ou pas mais mon sang n'a encore fait qu'un tour quand on m'amène son dossier et que je vois "2 hospitalisations pour métrorragies abondantes et décollement placentaire large", et là je me dis merde, je cours faire les bilans sanguins nécessaires (parceque biensur elle est venue avec son mari en panique et sans aucun papier, donc pas carte de groupe etc...) j'appelle le doc d'une main, je prépare le dossier d'une autre et je contrôle le monito d'un oeil. On lui fait donc une écho, je la réinstalle ensuite pour remettre un monito, toujours aussi parfait donc comme elle contracte aussi beaucoup je la ré-examine voir si ça bouge, ça ne bouge pas d'un poil, elle est anxieuse au possible, le mari aussi, bref décision de partir en césarienne pour éviter une catastrophe (car pour le coup, si ce placenta se décolle, on a un risque important de perdre le bébé et en plus de mettre la vie de la mère en réel danger si s'en suit un HRP avec CIVD).

On la prépare en 2 temps 3 mouvements, je lui explique, j'essaye de la rassurer du mieux que je peux, tout en contrôlant mon autre primi dans la salle d'à côté, qui s'avère bel et bien en travail avec des contractions toutes les 3-4 minutes et pas des moindre ! Son col bouge un peu, donc zou elle va en chambre avec un ballon et le conseil de se mobiliser au max et de venir me voir dès qu'il y a changement.

surcharge-travail.gifAu même moment mon autre primi qui a rompu voit son travail avancer, elle est à 3 bons centimètres voir 4 avec optimisme, elle douille donc je perfuse et prépare pour la péri. On pose la péri en mode rapido, on surveille les premières dizaines de minutes avec l'anesthésiste avant de descendre pour la césar. Alors imaginez comme c'est très confortable pour moi et mes nerfs de descendre en césar, qq étages en dessous laissant 3 patientes en travail (de même que pour l'équipe du haut (infi + auxi)qui se retrouve avec mes patientes...)

Fort heureusement, tous mes bilans sont partis en temps et en heure pour chaque patiente (j'ai vraiment eu le rythme de faire 5 choses à la fois pour avancer au max sans qu'il nous manque tout ce qui est primordial tel que des bilans à jour pour l'anesthésie, les infections et parcequ'on est jamais trop prudent de se dire "et si elle elle saigne après ? et que j'ai pas tout à jour, ben c'est la cata !" etc...).

Pour la césar, le bébé va très bien, il y avait bien décollement, je pense qu'on a échappé aux risques qui nous guettaient du coin de l'oeil...

Je remonte donc rapido, et entre temps devinez quoi ? et ben une autre énième primi est arrivée pour contractions et petites pertes de sang. Pareil, un col postérieur, effacé à un doigt large et des contractions bétons, j'attend de voir comment ça évolue, et à l'idée de devoir préparer un 5ème dossier d'admission je commence à saturer et me dire que je suis pas prête d'avoir fini....

Ma patiente qui est sous péri va bien, le travail avance, elle est à 5cm, le col commence a devenir cerclant... je dégaine ma seringue de spasfon pour injecter à la contraction.

Je met une de mes primi du service en salle pour la perfuser et rompre car on commence à stagner, et c'est super favorable pour cette issue, le col est centré, effacé, à 4cm, tête bien appliquée et poche des eaux qui bombe bien. Et le plus important : la patiente est biensur au courant de pourquoi je lui propose de rompre et quelle sera la suite, sans oublier de la rassurer que tout ce qu'il faut pour la péri est prêt, histoire de ne pas être prise au dépourvu, ni moi, ni la patiente (car après la rupture des membranes, généralement ça avance vite après).

Pour cette garde pas évidente niveau organisation et accompagnement avec mes patientes j'ai du formé une équipe avec les couple car je n'avais pas énormément de temps à leur consacrer (du moins pas comme je voulais) donc il fallait être claire avec eux sur ce qu'ON déciderait ensemble et ce qu'ON allait faire et pas que MOI la sage-femme, sinon très vite on se rend compte que ça ne marche pas.

Bref retour dans le feu de l'action, rupture des membranes faite, liquide clair, et on avance !

Entre temps la césarienne remonte (le personnel de salle de réveil n'est pas encore arrivé donc on fait sa surveillance post césar), j'apprend que la 2ème pare du début (atcd de césarienne) a rompu, c'est super, là aussi ça va pouvoir avancer, on l'installe donc en salle aussi.

Bref ma collègue arrive ENFIN, je lui laisse les 3 salles d'accouchements pleines et une patiente en travail dans le service, et je vais pouvoir rentrer, manger, boire et faire pipi ce que j'attendais depuis 13h... oui collègue en retard...


Voir les commentaires

Déclenchement

Publié le par Lullabaloo

20051224-Keith_Haring-.jpg

Elle est au terme + 1 jour, c'est son 3ème enfant, un col que moi et mes collègues n'avont pas réussit à atteindre tant il est postérieur (due à une présentation céphalique basse), seul le médecin a réussit à l'avoir, on part donc avec un col à 2 doigts, court, tonique et... archi postérieur.

Bref elle est aussi déclenchée car la veille le RCF a montré un petit signe de faiblesse. Elle contracte déjà toutes les 10-15 minutes et ne les sent pas.

Je l'installe donc en salle, lui explique comment les choses vont à peu près se dérouler, la perfuse et commence le synto.

1h après nous avons une bonne dynamique utérine, elle ne sent pas encore ses contractions, moi je retente un TV, je galère et j'arrive du bout des doigts à avoir ce col encore épais que j'essaie de ramener doucement vers moi et je demande à ma patiente qu'elle me guide côté sensation pour ne surtout pas lui faire mal (je hais ça ! ça parait tout à fait logique mais il y a des docs/SF que ça ne dérange pas plus que ça !). En gros il n'a pas encore trop bougé, toujours à 3cm...

On profite de ne pas avoir encore la péri pour bouger un peu (avec monito et perf c'est pas évident mais on fait ce qu'on peut), je ne me lance pas à rompre, déjà le col est encore peu accessible donc la poche n'en parlons pas, et je suis sûre qu'à la rupture le col va se dilater illico et ma dame n'aura pas la péri qu'elle souhaite vraiment avoir. Et comme elle n'a pas du tout mal pour le moment et que le rythme est bon, on se laisse un peu de temps.

Bref 2h plus tard le col reste toujours bien postérieur, on est à 4-5cm et les contractions commencent à se faire ressentir, je prépare pour la péri, au moment où je l'aide à s'asseoir - ploc - rupture des membranes et - gloups - petit liquide méconial, bon... on installe la péri et on refait le point après. Là ça devrait avancer de toute façon.

Après une petite hypotension suite à la péri j'explique à ma patiente que je vais un peu la tourner dans tous les sens selon l'engagement de son bébé pour que sa progression dans le bassin soit favorisée et qu'ainsi la dilatation se fasse aussi plus aisément et plus rapidement. C'est un couple adorable, on rigole bien ensemble et un lien se créé.

Ce satané col reste ultra postérieur (c'est très particulier, il est à 6cm et on a encore tout le segment inférieur qui "coiffe" la tête de bébé), et à la contraction ce coquin devient cerclant (il se resserre à 4-5cm lors de la CU et est très tonique). Je vais donc préparer ma seringue de spasfon IV et j'injecte en direct 3cc à chaque contraction + mobilisation (assise, décubitus latéral gauche et rotation interne du fémur, DLD etc...) et ça marche du tonnerre le col se centre enfin et passe à 8-9cm. J'attend que ce bébé descende bien pour éviter à la dame trop d'effort de poussée, le liquide est tjrs méco mais le rythme est top (mais vraiment, sinon je ferais bouger les choses plus vite) et  donc on se le permet.

30 minutes plus tard on s'installe tranquillement, 10-15 minutes de poussées et ce beau bébé de 3800g naît sous le regard ému de ses parents. Il va très bien.

Après la délivrance et 1 point posé sur une éraillure je dois partir et vais faire un dernier coucou aux parents qui, adorables, me disent qu'ils reviendront 1 jour après leur sortie rien que pour me voir car je ne reviens pas en garde avant leur départ, je rentre ainsi chez moi avec beaucoup de baume au coeur....

Voir les commentaires

Ma roulette de grossesse

Publié le par Lullabaloo

Un sujet plus "léger" que le précédent, afin de décompresser un peu...

 

NatiWheel - Roulette de grossesse par SauvaneEn tant que sage-femme je me sert quotidiennement d'une roulette de grossesse (de même que les gynécos).

C'est donc un outil qui nous permet de connaître le terme exact d'une grossesse, il suffit d'adapter le début de grossesse ou la date d'accouchement prévu sur la roulette au jour et mois de la patiente et ensuite on regarde à la date du jour pour savoir à combien de semaines d'aménorrhée en est sa grossesse. La plupart des roulettes ont l'avantage d'avoir également d'autres précisions telles que les examens importants, les échos, les mensurations etc....

 

J'en profite aujourd'hui pour vous en parler car Sauvane.com a eu la gentillesse de me faire parvenir sa NatiWheel.

Alors non seulement c'est une roulette de grossesse juste : les semaines d'aménorrhée tombent bien (bien que je décale le terme de la grossesse à 41 SA ), complète : il y a les semaines d'aménorrhées et les semaines de grossesses, et des petits plus : les visites prénatales pour chaque mois, les examens (HT21, échos, O'Sullivan, RDV anesthésiste etc...)

Et elle a en plus le mérite d'être très esthétique ! J'en profite pour vous la montrer :

 

NatiWheel - Roulette de grossesse par Sauvane

 

Sur le zoom suivant on peut voir un peu plus en gros plan les semaines et les examens :

 

NatiWheel - Roulette de grossesse par Sauvane

 

Elle a donc remplacé ma roulette de labo identique et moins esthétique, je pense que les collègues vont être jalouses

 

 

Le site sauvane.com propose ces roulettes dans 3 coloris différents, ce site s'adresse avant tout à des mamans qui souhaitent une roulette pour leur grossesse ou alors à ceux qui souhaitent en faire cadeau à une future maman (ou à une sage-femme qui sait !)

NatiWheel - Roulette de grossesse par Sauvane

Voir les commentaires

Une naissance, un deuil...

Publié le par Lullabaloo

Je me doutais que ça finirait bien par m'arriver un jour, si ce n'est pas aussi vite ! J'ai eu un enchaînement de gardes épuisantes physiquement et moralement... déjà pour notre mater faire 12 naissances en 2 jours c'est beaucoup ! mais quand au milieu survient un drame c'est "cassant" et déprimant...

Elle était enceinte de jumeaux, une grossesse très précieuse (FIV...) une écho 6 jours plus tôt, le 2ème jumeaux un peu plus petit et qui se cache le dos contre celui de sa maman, bref rien de très inquiétant. 5 jours plus tard elle vient à la maternité le soir pour sa césarienne programmée le lendemain matin, c'est moi qui doit l'accompagner en césarienne pour ce grand jour et accueillir les bébés.

Le monito de la veille montre 2 rythmes, le 2ème jumeaux n'est pas facile à capter mais on se fie à l'écho précédente où celui-ci était bien caché, on capte un peu mais pas non-stop. Le lendemain matin c'est donc moi, je refais un rythme avant de partir en césarienne, idem que la veille j'ai quand même l'impression de capter le même bébé, bref je me dis qu'il doit vraiment bien être caché mais je ne m'attend pas à ça...

"ça", c'est ce qui nous est "tombé" dessus, un coup de massue, dans le bloc. Je m'apprête à récupérer le premier jumeau, le gynéco me précise que c'est un liquide clair etc... très bien je lui fais ses soins et dans mon dos j'entend "tiens le liquide est teinté maintenant" et là un gros silence, glacial, je me retourne, je croise le regard effaré de ma collègue et là je me dit qu'il y a un problème, un très gros problème.

Le 2ème jumeau est en fait décédé, mort-né. La patiente est immédiatement au courant, forcément... Je vais donc rapidement la voir et lui amener le bébé bien portant près d'elle, je me sens bête à ne pas savoir quoi dire à part que celui-ci va bien et que je suis désolée de ce qui arrive...

Bref un cauchemard. Le 2ème jumeaux semble décédé depuis plus de 2 jours, bref il y a eu un couac.

Il a ensuite fallu l'annoncer au papa qui attendait en haut... Je suis ensuite immédiatement descendue en salle de réveil la retrouver et lui expliquer ce qu'il se passait, ce qui allait se passer ensuite...

Tout cela dans la cohue d'une maternité pleine, du boulot par dessus la tête.

A présent ce couple se raccroche beaucoup à leur bébé bien portant, l'équipe et moi même avons fait notre maximum pour les accompagner et les entourer tout en étant hantés par ce drame....

Voir les commentaires

Les formations pour sages-femmes

Publié le par Lullabaloo

formation.jpgVoilà l'une des choses qui me donne très envie : faire des formations !

Il y en a un paquet qui me tentent mais voilà, je ne suis diplômée que depuis peu donc la clinique où je travaille ne va pas m'en "offrir" de si tôt donc je songe à m'en payer une ou deux moi même, mais (gloups) ça revient vite très cher !

 

Voici celles qui me disent le plus :

 

Suivi de grossesse - Pharmacologie / 4 jours / 880 euros

J1 : La France et les indicateurs en Péri natalité : 3 plans successifs.

La place de la sage-femme, son rôle actuel et à venir.

Le suivi de grossesse et ses recommandations : L'intérêt du suivi de grossesse, l'information et l'aide à la prise de décision, ses valeurs ajoutées, une approche transdiciplinaire, l'amélioration du schéma de santé de la mère et de l'enfant.

Le dossier périnatal et ses différentes fonctions, un suivi discontinu au dossier partagé.

Les recommandations du suivi de grossesse, ses objectifs, le bas risque obstétrical.

Les modifications physiologiques maternelles au cours de la grossesse : modifications corporelles, fonctionnelles des grands systèmes, les paramètres sanguins et urinaires.
Les consultations et le programme de suivi pour une surveillance optimale : La consultation de préconception, Les 7 consultations de grossesse : leurs objectifs, leur contenu ,la conduite à tenir.

L'examen postnatal dans les 8 semaines qui suivent l'accouchement .

J2 : Le suivi échographique et ses objectifs
Les examens obligatoires
Les examens à proposer systématiquement
Les examens proposés et conseillés en fonction de la situation clinique.
Les droits de prescription. 
Les infections et la grossesse : Les maladies sexuellement transmissibles , Les maladies infectieuses courantes à transmission foetomaternelle .
La prise en charge des symptômes courants de la grossesse.

J3 & J4 : Liste des médicaments autorisés (exemples d'infections, traitement etc..., infections urinaires basses, besoins en nutriments, carences etc...)

 

Suivi gynécologique et contraception / 3 jours / 660 euros

J1 : La sage-femme et la consultation de suivi gynécologique, hors de la grossesse et des situations pathologiques
1. Introduction, objectifs, place de la sage-femme dans la prévention et le suivi gynécologique de la femme jeune
2. L’entretien, les questions fréquentes, les principales plaintes fonctionnelles, les signes d’alerte
3. L’examen clinique, l’examen gynécologique, Vidéo n°1
4. L’examen des seins, Vidéo n°2
5. Perception, vécu et représentations de l’examen gynécologique par la femme. Comment s’y adapter ?
6. Le frottis cervico-utérin - méthodes et techniques, Vidéo n°3 - interprétation des résultats, orientation - quelle périodicité pour le frottis ?
7. Infections sexuellement transmissibles - principales IST asymptomatiques, indications du dépistage - méthodes de prélèvement, examens bactériologiques et leur interprétation
8. Atelier pratique n°1 : examen gynécologique, frottis, prélèvements

J2 : Contraception(s) (1)
1. Dix grandes idées reçues en contraception

2. Principes de base du choix d’une contraception
3. La contraception orale oestro-progestative
     - quelle pilule choisir ?
     - quel suivi ?
     - problèmes et questions fréquemment rencontrées, leur(s) solution(s)
4. La contraception oestro-progestative en patch et en anneau
5. La contraception progestative pure
     - pilules, implants, systèmes intra-utérins : quels critères de choix, pour quelles femmes ?
     - suivi et problèmes fréquemment rencontrés
6. Atelier pratique n°2 : pose et retrait d’implant sous-cutané

J3 : Contraception(s) (2)
1. Dispositifs intra-utérins

     - pour quelles femmes ?
     - modèles de DIU au cuivre, techniques de pose, Vidéo n°4
     - suivi et problèmes fréquemment rencontrés, leur solution
2. Diaphragmes et capes cervicales
     - pour quelles femmes ?
     - choix du modèle, prescription et apprentissage de la pose à la femme, Vidéo n°5
3. Atelier pratique n°3 : pose et retrait de DIU, apprentissage au de diaphragme
4. Méthodes basées sur le cycle
5. Contraception d’urgence
6. Contraception des situations particulières, hors des pathologies chroniques
     - post-partum, post-abortum
     - adolescentes, jeune femmes et femmes moins jeunes
     - pathologie bénigne du sein et de l’utérus
     - femmes hyperandrogéniques
7. atelier pratique n°4 : mises en situation, jeux de rôle
8. Conclusion et évaluation

 

Positions d'accouchement et protection du périnée en pré- per- et post-partum / 4 jours / 690 euros

- Pendant la grossesse : prévenir et améliorer les lombalgies, pubalgies, fuites urinaires, brûlures

d’estomac et autres maux de la grossesse. Applications en consultation, préparation à la naissance,

rééducation…

- Lors de l’accouchement : optimiser la mécanique et la dynamique obstétricale aux différents

temps de l’accouchement (phase de dilatation, engagement, descente, dégagement,

délivrance) pour une naissance plus physiologique (position gynécologique « aménagée de

Gasquet », accouchement sur le côté, à quatre pattes, accroupi suspendu…). Recours dans la

dystocie (défaut de rotation, défaut d’engagement, dystocie aux épaules, non décollement

placentaire…). Poussée non prolabante, incidences sur le périnée et la statique pelvienne.

- En suites de couches : accompagner autrement, de la salle de naissance jusqu’à la visite postnatale

(bandage du bassin, drainage des oedèmes et des hémorroïdes, prévention des prolapsus…).

- Le périnée : prévenir et récupérer les traumatismes périnéaux (constipation, éducation posturale au

quotidien, principes de base pour la rééducation…). 

 

Réanimation néonatale / 1 jour / 231 euros

· Généralités · Rappel physiopathologique : retentissement de l’anoxie · L’accueil du nouveau-né : conditions facteurs de risques · Préparation et vérification du matériel · Prise en charge chronologique · L’intubation · Le massage  cardiaque externe · Les médications · Evolution · Les situations particulières : inhalation méconiale, le prématuré, les naissances multiples
Maniement du matériel et apprentissage de la ventilation et de l’intubation sur mannequin

 

Voici quelques adresses proposant des formations pour les sages-femmes :

* co-naitre.net : Accompagner l’allaitement maternel, rythmes et comportements du nouveau-né / Accueil du nouveau-né et de ses parents en maternité / Approche sensorielle du nouveau-né / Ecoute et communication autour de la naissance / Sommeil, éveils et besoins de l’enfant (0 à 3 ans) / Pleurs et éveils

 

* adco-sages-femmes.com : acupuncture / alimentation de la femme enceinte / allaitement maternel / eutonie et périnée / fleurs de Bach / homéopathie / sophrologie / préparation à la naissance / réanimation néonatale / suivi de grossesse / suivi gynécologique - contraception etc...

 

* medicformation.fr : aromathologie / consultations pré et postanatales / contraception / dépression postnatale / deuil périnatal / ostéopathie dans le champ obstétrical etc...

 

* ansfl.org : pratique libérale de la sage-femme / les consultations pré et postanatales / la prescription de la contraception / approche eutonique de la rééducation postnatale etc...

 

* inhfparis.com : formation homéopathique pour sages-femmes

 

* reseauetfamille.fr

 

* cefips.fr

 

 

Voir les commentaires

ça plane pour moi

Publié le par Lullabaloo

Comprendre par là que je ne m'ennnuis absolument pas au boulot !

Les dossiers pour le mois d'octobre vont exploser la pochette qui les contient, hum ça nous présage du remu-ménage à venir !

Enfin voilà le boulot ne manque pas, hier à ma charge 6 patientes hospitalisées (MAP, cholestase, RCIU, etc...), une césarienne, les sorties et une floppée de consultations d'urgences et j'avoue que c'était difficile d'être partout et de jongler avec tout ce qu'il y avait à faire.

Sinon aujourd'hui fin de journée j'accueille une deuxième pare à 39 semaines avec toutes ses valises et qui "contractouille", comprendre "qui a des contractions, pas très régulières, pas douloureuses". Bon sur le coup je me dis que toutes les valises c'était peut être pas nécessaire mais bon, on va voir...

Je l'installe dans une salle de consultation, je l'examine... j'ai un col postérieur, court à 2 doigts tout juste et une tête qui projet-naissance-L-1.jpegapplique, elle a perdu le bouchon muqueux. Bref je pense à une mise en route mais pas forcément à un travail franc.

Je discute avec elle, je lui demande comment s'est passé l'accouchement précédent bref cette fois ci elle souhaiterait accoucher sans péri, elle a même ramené un projet de naissance.

Enfin voilà on papote, je laisse tourner le monito pour voir ce que ça donne niveau contractions, elles sont toutes les 6 minutes puis toutes les 10 minutes, elle les sent à peine. Bon, je me dis que c'est pas gagné mais je laisse quand même tourner puis je réexamine voir si ces contractions peu ressenties et pas très régulières agissent sur le col : bingo en 45 min je retrouve alors un col centré, effacé, à 2 doigts larges et une poche des eaux qui bombe ! Je l'installe donc dans une chambre avec le ballon et les conseils qui vont avec, elle a eu une prépa donc elle gère super bien. Pour moi il est déjà l'heure de partir, je lui explique que quand elle sera à 4-5cm on installera un catheter (obturé) auquel on ne mettra pas de perfusion mais qui sera là en cas de besoin, elle pourra continuer de se mobiliser sans problème. Bref je passe une dernière fois lui souhaiter une bonne soirée et là sur le ballon, pouf ! rupture de la poche, là je lui dis d'aller voir ma collègue en salle car par la suite ça ne devrait pas trop tarder ! Enfin je pars avec le regret de ne pas avoir pu accompagner cette dame jusqu'au bout dans son projet mais j'ai vraiment hâte d'avoir des nouvelles et de savoir comment cela s'est passé !

Voir les commentaires